Bienvenue dans mon univers

Evénements partagés

"C'est comme la grippe"

Je vous invite à relire "Rhinocéros" de Ionesco, à la lueur de la situation actuelle! Voici un extrait!

BÉRENGER, qui porte un bandage au front. — Qui est là ?

DUDARD — C’est moi, c’est moi.

BÉRENGER — Qui ça, moi ?

DUDARD — Moi, Dudard. (…) Alors, toujours là, à rester barricadé chez vous. Allez-vous mieux, mon cher ?

BÉRENGER — Excusez-moi, je ne reconnaissais pas votre voix. (…)

DUDARD — Ma voix n’a pas changé. Moi, j’ai bien reconnu la vôtre.

BÉRENGER — Excusez-moi, il m’avait semblé… en effet, votre voix est bien la même. Ma voix non plus n’a pas changé, n’est-ce pas ?

DUDARD — Pourquoi aurait-elle changé ?

BÉRENGER — Je ne suis pas un peu… un peu enroué ?

DUDARD — Je n’ai pas du tout cette impression.

BÉRENGER — Tant mieux. Vous me rassurez. (…)

DUDARD, s’installant dans le fauteuil. — Vous ne vous sentez toujours pas bien ? Vous avez toujours mal à la tête ? Il montre le bandage de Bérenger.

BÉRENGER — Mais oui, j’ai toujours mal à la tête. Mais je n’ai pas de bosse, je ne me suis pas cogné !… N’est-ce pas ? Il soulève son bandage, montre son front à Dudard.

DUDARD — Non, vous n’avez pas de bosse. Je n’en vois pas. (…)

BÉRENGER — Vous savez, c’est comme cela que ça peut commencer. (…)

DUDARD — Pourquoi vous inquiétez-vous pour quelques cas de rhinocérite ? Cela peut être aussi une maladie. (…) C’est comme la grippe. Ça c’est déjà vu, des épidémies. (…)

BÉRENGER — Je me demande si je suis bien immunisé. (…) Voulez-vous un verre de cognac ? (…) L’alcool est bon contre les épidémies. Ça m’immunise. Par exemple, ça tue les microbes de la grippe.

DUDARD — Ça ne tue peut-être pas tous les microbes de toutes les maladies. Pour la rhinocérite, on ne peut pas encore savoir. (…) BÉRENGER vide son verre, continuant de le tenir à la main ainsi que la bouteille ; il tousse.

DUDARD — Vous voyez, vous voyez, vous ne le supportez pas. Ça vous fait tousser.

BÉRENGER, inquiet. — Oui, ça m’a fait tousser. Comment ai-je toussé ? DUDARD — Comme tout le monde, quand on boit quelque chose d’un peu fort.

BÉRENGER, allant déposer le verre et la bouteille sur la table. — Ce n’était pas une toux étrange ? C’était bien une véritable toux humaine ? DUDARD — Qu’allez-vous chercher ? C’était une toux humaine. Quel autre genre de toux cela aurait-il pu être ?

BÉRENGER — Je ne sais pas… Une toux d’animal, peut-être… Est-ce que ça tousse un rhinocéros ? (…) Si cela s’était passé ailleurs, dans un autre pays, et qu’on eût appris cela par les journaux, on pourrait discuter paisiblement de la chose, étudier la question sur toutes ses faces, en tirer objectivement des conclusions. On organiserait des débats académiques, on ferait venir des savants, des écrivains, des hommes de loi, des femmes savantes, des artistes. Des hommes de la rue aussi, ce serait intéressant, passionnant, instructif. Mais quand vous êtes pris vous-même dans l’événement, quand vous êtes mis tout à coup devant la réalité brutale des faits, on ne peut pas ne pas se sentir concerné directement, on est trop violemment surpris pour garder tout son sang-froid. Moi, je suis surpris, je suis surpris, je suis surpris ! Je n’en reviens pas.

DUDARD — Moi aussi, j’ai été surpris, comme vous. Ou plutôt je l’étais. Je commence déjà à m’habituer.

Source : Eugène Ionesco, Rhinocéros, Gallimard, Paris, 1972.

https://www.monde-diplomatique.fr/2020/04/A/61633#tout-en-haut

La lecture à voix haute est une façon très efficace pour sensibiliser à la lecture et transmettre des oeuvres. On y apprend à mettre en avant le texte, à rendre vie aux personnages, aux lieux, aux ambiances...Une véritable découverte.

Lecture à voix haute animée avec Christine Henkart

Beaux moments avec le groupe de lecture à voix haute animé avec Christine Henkart

quelques souvenirs dans ce magnifique lieu de la fonderie pour la lecture sur le thème "femmes et guerres"

Mes accompagnateurs de vie

Mon préféré, un être complet: écrivain, peintre, voyageur...Et natif de ma ville adoptive

Humour de Michaux!

Lui et moi avons en commun d'être double!

"Le Journal" d’Anne Frank m'a donné envie d'écrire. Grâce à elle, je sais ce que les Humains peuvent se faire. J'ai essayé de comprendre...en vain!

"L'étranger" de Camus m'intrigue toujours par l’ambiance très étrange qui, pour moi, émane de ce livre;

Portrait de Dostoïevski par Vassili Perov: auteur qui pour moi n'a toujours pas été égalé... Tout est dans sa vie; tout est dans son oeuvre

Anton Tchekov: j'aime l'homme et l'oeuvre, son intelligence, sa façon de dire des choses complexes avec simplicité,

Arthur Rimbaut: découvert à 17 ans, je ne l'ai plus quitté...

Maruerite Duras : pour moi, un éternel étonnement devant sa vie, son écriture et son oeuvre unique.

Les morts ont tous la même peau" de Boris Vian est le livre le plus virulent qui m'ait été donné de lire contre le racisme;

"Le voile noir" d'Anny Duperey est le seul livre qui décrive avec une telle justesse une amnésie traumatique radicale, pour cette raison, je la sens très proche de moi et pour beaucoup de raison, elle est comme une « âme sœur » littéraire;

"Chronique de l'oiseau à ressort" premier livre lu de Haruki Murakami qui ne cesse de m’enchanter par ses glissements très subtils vers l’irréel…